Relevage et brancardage

Relevage et brancardage

Parfois il faut déplacer une personne blessée, soit pour la mettre à l’abri d’une menace (on parle alors de Dégagement d’urgence), soit simplement l’emmener à un endroit où elle pourra être prise en charge correctement. Pleins de techniques de portage existent, dépendant du matériel (prévu pour ou non) à votre disposition, de l’état de la personne blessée, du nombre de personnes disponibles pour aider. On parle alors de relevage ou de portage.

La plupart des techniques développées ici ne s’appliquent pas lors d’un “trauma du rachis”, c’est à dire quand il y a suspicions que la colonne vertébrale est atteinte. Celles qui le sont sont de l’ordre du dernier recours.

On parle néanmoins ici de premiers secours en situation dégradée : si il est généralement déconseillé de déplacer une personne blessée sérieusement, la situation ne permet parfois pas d’attendre sur place. Ce choix, c’est à vous (avec l’aval de la victime si possible) de le faire.

Le terme “portage” est parfois utilisé (y compris par nous) comme équivalent de “relevage”, c’est à dire ayant trait à tout ce qui permet de déplacer une personne blessée. Ici, on fait le choix d’employer “portage” pour parler de techniques de relevage avec pas ou peu de matos, et “brancardage” si vous avez le matos adéquat comme un plan dur ou un brancard souple.

Porter une charge lourde

D’une manière ou d’une autre, porter une personne implique de porter une charge conséquente, qui selon le nombre de porteurxs varie entre une dizaine de kilos et le poids entier d’une personne.

Ces techniques sont faites pour permettre de porter ces charge malgré votre force physique éventuelle en répartissant le poids. Mais si votre posture n’est pas bonne, c’est facile de se faire mal, par un faux mouvement ou simplement par usure. Pour éviter ça, il est nécessaire de savoir correctement porter une charge lourde. Ces techniques sont issues du monde du travail (BTP, usine, audiovisuel) et ont fait leur preuve. Elles sont absolument essentielles.

La première étape est la préparation : le meilleur moyen d’éviter de se faire mal est d’éviter de porter pour rien. Réfléchissez à votre placement et aux mouvementsbras gauche, je tourne sur moi, je… Ah merde je vais croiser ») que vous allez faire, et coordonnez-vous avec les autres pour ne pas porter trop tôt ou trop tard. Anticipez le transfert de poids éventuel. Le plus possible, placez-vous en direction de la personne, pour éviter de torsader votre dos lors du portage.

Ensuite, le levage et le portage : gardez le dos droit : si vous devez vous penchez, pivotez autour de votre bassin. Si vous devez vous baissez, pliez les genoux.

Enfin, anticipez votre force : si vous commencez un portage que vous ne pouvez pas assumer, vous risquez de faire tomber la victime. On a déjà trop vu de medics mascus qui font les forts puis créent un sur-accident en blessant la personne en la lâchant.

Le trépied

Une posture qui revient régulièrement est celle du trépied. Elle consiste à mettre dire un genoux à terre au plus proche de la personne. Cela permet d’avoir le plus de force possible lors des levages ou portage. Ça paraît bête, mais prendre l’habitude de le faire, d’autant plus en situation stressante, c’est pas anodin.

Redressage

Parfois une personne est pas ou peu blessée, et nécessite juste d’être remise sur pied dans la panique. Placez votre pieds sur ses pieds pour l’empêcher de glisser, demandez lui de vous tendre le bras, attrapez son avant bras avec votre main en croisant (attrapez son gauche avec votre droit ou vice versa), elle fera de même, et tirez pour la redresser.

redressage.jpg

Portages

Technique de portage à zéro personnes

À trop penser “relevage”, on oublie parfois qu’une personne blessée peut parfois (souvent même) se déplacer d’elle-même. Si elle ne nécessite pas de surveillance particulière, ou si des proches peuvent la surveiller il est possible d’utiliser l’arcane secrète du relevage à zéro connue sous le nom du “eh-ben-courage-bonne-journée-au-revoir”

Techniques de portage à une personne

Le contexte dans lequel vous agissez, ainsi que les modes de fonctionnement en équipe sont sensés garantir que vous ne vous trouviez jamais seulxs face à une victime. Mais parce qu’il s’agit d’un environnement très imprévisible, il est bon de savoir comment déplacer une personne seulx, même si il est souhaitable d’éviter à tout prix de devoir le faire, quitte à temporiser 30 secondes de plus le temps que quelqu’un arrive pour aider.

Soutien épaule

Personne consciente, blessure légère, distance longue, risque faible

Saisie par les poignets/traction sous les aisselles

Personne semi ou inconsciente, distance courte, risque moyen-faible

Le principe de cette technique est simple, mais l’application demande un peu de pratique. Elle consiste à se placer en “trépied” (c’est à dire un genoux à terre, contre la personne blessée). Mettre la main la plus éloignée sous l’épaule de la victime, l’autre main sous sa nuque, et la redresser. On pivote le genou pas à terre derrière son dos pour la maintenir. On se place accroupi derrière elle, on pose ses deux bras sur son torse, et en passant nos mains sous ses aisselles on vient attraper le poignet droit avec la main gauche et inversement. On plaque bien la personne contre nous et on se redresse en faisant attention à notre dos, et on peut déplacer la personne. Faire la manœuvre inverse pour la reposer.

Techniques de portage à deux personnes

Soutiens épaule

Personne consciente ou semi-consciente, distance : longue, risque faible

Cette technique est assez intuitive et répandue : passez les bras de la personne derrière votre tête et servez de béquilles à la personne. Point de vigilance : la personne doit être à minima consciente, sinon sa tête risque de pendre et peut entraîner des blessures au cou ou aux voies aériennes.

Chaise croisée

Personne consciente ou semi-consciente, distance : moyenne, risque faible

Placez vous de part et d’autre de la personne en trépied au sol, assise. Passez ses bras sur vos épaules, et levez là (ou si c’est possible, faites la simplement asseoir depuis la position verticale). Attrapez votre propre poignet, et attrapez ensuite le poignet de l’autre porteurx, afin de former un carré sous les fesses de la personne, qui se retrouve assise sur cette construction.

Chaise droite

Personne semi ou inconsciente, distance : longue, risque moyen

Placez-vous de chaque côté de la personne, en trépied. Passez les bras de la personne au sol derrière vos épaules respectives. Attrapez vos bras respectifs sous la personne, d’une part sous les genoux, et d’autre part au bas du dos. Attention, si vous ne placez pas correctement les bras en bas du dos, la personne risque de s’affaisser. Levez la personne.

Point de vigilance : si la personne est vraiment inconsciente, ne laissez pas sa tête se balader.

Techniques de portage à trois personnes

Soutiens épaule + maintien tête

Personne semi ou inconsciente, distance : longue, risque faible

Même technique que le soutiens épaules, mais avec une troisième personne en charge de tenir la tête. On peut alors déplacer sans risque une personne inconsciente.

Chaise + maintien tête

Personne semi ou inconsciente, distance : longue, risque : faible

Même technique que les chaises (droite ou croisée), mais avec une troisième personne en charge de tenir la tête. On peut alors déplacer sans risque une personne inconsciente.

Brancardage manuel hamoc

Personne semi ou inconsciente, distance : longue, risque : moyen

Techniques de portage à 4, 5, 6…

Personne semi ou inconsciente, distance : longue, risque : moyen

<<technique transfus minus tête cou tronc>>

Brancardages

les types de brancards

Il y a une foultitude de brancards : pour vous faire un topo rapide, voici les brancards que vous allez sans doute rencontrer :

  • le « souple » : une espèce de bâche avec des poignées, pliable. Très courant en manif
  • le « plan dur » : une planche (généralement orange), avec des poignées sur le côté. Peut permettre d’immobiliser complètement une personne en cas de trauma au rachis, mais peu utilisée tel quel par les street-medics
  • « cuillère » : présent dans les véhicules de secours (type VSAV des pompiers), un brancard qui se sépare en deux au milieu pour permettre de « ramasser » une personne et la transférer
  • sangle d’extraction : pas un brancard à proprement parler, mais parfois utilisé en dégagement d’urgence. Une sangle avec des attaches et plusieurs modes d’utilisation pour trainer une personne blessée.

Brancard improvisé

Un outil utile à avoir dans son sac est une sangle basique (à cliquet, 4cm de largeur environ). En la fermant en boucle, et en croisant cette boucle plusieurs fois, on peut transformer une banderole ou tout autre bâche en brancard souple. Au besoin, elle peut aussi servir de sangle d’extraction.

Si vous avez accès par hasards à une chaise (littéralement) peut permettre de facilement transporter une personne semi-consciente sur de longues distances : une personne tient le dossier, une autre les deux pieds de devant.

Enfin technique de scouts : deux bâtons (ou toute barre assez longue), glissées dans deux ou trois t-shirts ou veste fermée pour former un brancard. C’est tout con mais faut y penser.

Transférer sur brancard

Il peut arriver que la personne doive être transférée vers, depuis, ou entre des brancards. Il existe plusieurs méthodes pour faire ce transfert.

Dans le cas d’un transfert vers un brancard souple : on plie le brancard au tier sur sa longueur. Les medics font alors pivoter la victime en maintenant l’axe tête-cou tronc, le brancard est poussé sous la victime. Enfin, la personne est pivotée dans l’autre sens, et le pli du brancard déplié. La personne peut être reposée.

Dans le cas d’un transfert vers, depuis ou entre brancards en « dur », on appliquera la technique du pont hollandais :

Arcanes noires

Les techniques qui suivent ne sont pas réellement interdites, mais elles posent plusieurs problèmes. :

  • elles ne devraient jamais vous être nécessaires (par exemple, vous devriez en théorie jamais être seulxs)
  • elles attisent les envies des mascus qui rêvent de briller devant les caméras et forcent des occasions de les appliquer
  • elles présentent de gros risques de sur-accident et doivent n’être appliquées qu’en cas d’extrême nécessité extrême

Traction par les chevilles

Personne semi ou inconsciente, distance : courte, risque assez élevé

Technique de dégagement d’urgence. Le principe est assez explicite, mais le contexte est à préciser : il s’agit d’un dégagement d’urgence assez dangereux, et qui risque de blesser la personne notamment si le sol est inégal (du fait de la tête qui traîne). À n’utiliser que si vous n’avez pas le choix.

Cette technique est risquée.

Traction par les poignets

Personne semi ou inconsciente, distance : courte, risque : assez-élevé

Technique de dégagement d’urgence. Même chose que pour les chevilles.

Cette technique est risquée.

Traction par une cheville

Personne semi ou inconsciente, distance : courte, risque : élevé

Technique de dégagement d’urgence. Encore une fois explicite, à un détail près. La cheville doit être dans la mesure du possible celle de droite, car dans l’alignement du cœur en diagonale.

Cette technique est risquée.

Porter pompier

Personne semi ou inconsciente, distance : moyenne, risque : élevé. Pouvoir mascu : 1000

Plus qu’une technique de portage, il s’agit d’une technique pour arriver à ce portage et ce même lorsque l’on a pas beaucoup de force. Elle permet de déplacer très rapidement une personne en limitant le risque de sur-accident (hors blessure colonne), à l’exception de la manœuvre de mise en portage qui mal exécutée peut provoquer des incidents.

De son l’aura (le porter “pompier”, ce grand héro qui sort un orphelin d’un immeuble en feu), on voit régulièrement des mascus appliquer cette techniques alors qu’elle n’est ni nécessaire, ni souhaitable. Si vous voyez une personne blessée en porter pompier qui, par exemple, tient d’elle même ses affaires dans sa main libre, il y a fort à parier que le medic fait juste le beau devant les caméras.

Cette technique est donc risquée.

Brancardage manuel maintien tête

Adapté à : personne semi ou inconsciente

Distance : moyenne-longue

matériel : non

Risque : extrêmement-élevé

7 personnes

Cas particulier : extraction de voiture