Gérer les « lacrymos »

Gérer les « lacrymos »

Une version « fiche » résumé de cette partie existe : https://medicaction.org/fiches/

Pour plus d’informations sur les lacrymos, voir Les lacrymogènes

Pour l’après, voir Gérer le risque post-« chimique »

Avant tout

Il n’y a pas d’antidote magique contre les effet des lacrymos : seulement des palliatifs et de techniques de nettoyage

Pensez à vous présenter ou aborder calmement la personne : elle ne peut pas vous voir, a du mal à respirer et est possiblement en panique. Respectez le consentement, et expliquez vos gestes.

Définissez-vous une routine, ex : « Hello, j’ai de quoi soulager les gaz, tu veux que je te pulvérise du maalox ? Ouvre la bouche… Recrache. Tu sais mettre du sérum phy dans les yeux ou tu as besoin d’aide ?… »

Se prévenir

Le gaz est répandu par des palets ou par une gazeuse. La plupart du temps il est donc localisé : pensez à chercher autour de vous un point en hauteur, un hall d’immeuble, une autre rue pour sortir du gaz et éviter le sur-accident.

Aider

Cherchez autour de vous les personnes en difficulté, comme par exemple des gens qui faute de protection se cachent les yeux et la bouche avec leurs mains et ne voient sans doute pas leur environnement. Deux problèmes se posent pour les aider :

  • elles ne voient pas leur environnement, et entendent peu
  • Vous pouvez difficilement parler, à cause des gaz et des protections que vous portez

Approcher des personnes en difficulté qui voie peu ou pas leurs alentours est complexe : si vous tentez juste de poser votre main sur leur épaule pour les guider, elles pourraient croire qu’un flic s’apprête à les embarquer. Rappelez vous que vous êtes unx inconnux. Une technique alternative peut être de placer calmement votre main sous la main qu’elles tendent sans doute devant elles pour repérer les obstacle, les laisser saisir votre main quand elles comprennent, et commencer à les guider sans forcer pour leur signifier votre bienveillance sans forcer leur consentement. Si vous avez plusieurs personnes à sortir, posez leur main sur une autre personne qui vous suis déjà aussi, et formez un « train » pour sortir des gaz.

Muqueuses / Respiration

Maalox : médicament antiacide anti-douleur d’estomac, sujet à débat (voir “l’inconnu »)

un “stick” par 100ml d’eau, dans un spray trouvable en botanique (quantité aussi sujet à débats)

Pulvériser dans la bouche de la personne, puis lui dire de recracher

Ne soulage pas les voies respiratoires, seulement les muqueuses

Ne pas prendre de ventoline avant d’être sûr de ne plus être exposéx au gaz, ça ouvre encore plus les bronches, et la prochaine exposition pourrait être très dommageable

Proposez à la personne de se moucher, rincer sa bouche, tousser et cracher (éviter d’avaler sa salive)

Les yeux

On emploiera le fameux sérum phy : un mélange stérile eau+sel (NaCl 0.9%), trouvable en pharmacie sous forme de dosettes. Attendez-vous à passer au moins une dosette par décontamination.

Même si certaines personnes avec des lentilles de contact affirment que ça les protège (et ne les forcez donc pas à les enlever), les lentilles tendent à exacerber le gaz : si la personne le souhaite, nettoyez ses mains à grande eau pour lui permettre de les enlever.

Ouvrir les yeux, et vider la dosette depuis le nez vers l’extérieur dans l’oeil pour laver (pas justes quelques gouttes). Le but est de chasser le gaz piégé dans l’œil.

PAS DE MAALOX DANS LES YEUX
Le mélange maalox/eau n’est pas stérile et peut former des dépôts et créer des infections ophtalmiques

Veillez à ce que la personne ne se touche pas les yeux après le rinçage, le risque étant de se remettre du gaz dans le yeux.

La peau

Dire aux gens de ne pas frotter : ça active encore plus les « cristaux » de CS

Idéalement laver à grande eau. Sinon en manif le spray maalox peut créer un effet de soulagement par le frais des gouttelettes et un potentiel effet actif léger.

En cas de fortes douleurs, forte quantité ou gazeuse à main (gel), passez des lingettes pour bébé peut être apaisant. Attention à ne passer qu’une fois par « morceau » de lingette, toujours dans le même sens, et sans trop appuyer afin de ne pas étaler ni éclater les cristaux de CS.

En cas de lavage complet (à grande eau par exemple), laver du haut vers le bas

Le psychologique

Ne pas pouvoir voir son environnement, avoir du mal à respirer et avoir la peau qui brûle peut être stressant, même quand on a l’habitude : rassurer la personne et lui rappeler que d’ici 1 à 2 minutes c’est fini, et que vous êtes là pour l’aider pendant ce temps

L’après

Attendre quelques minutes avant de boire : les dépôts de CS peuvent aller dans l’estomac et donner envie de vomir. En rentrant, laver toutes ses fringues, et prendre une douche, la tête penchée vers l’avant pour éviter des écoulements vers d’autres muqueuses.

Plus d’infos dans Gérer le risque « chimique »

L’inconnu

Divers stratégies existent pour contrer les effets des gaz : on tâtonne, on test, et peu de données scientifiques existent. Y a de grands débats chez les médics sur le ratio eau/maalox. Certaines méthodes tiennent de l’effet placebo. Prenez toutes les informations sur le sujet (incluant cette fiche) avec des pincettes. De nouvelles pistes apparaissent régulièrement.

Notes et références

Les armements du maintien de l’ordre, 2021 par le collectif Désarmons Les! (pdf)

CrimethInc. – Guide du manifestant pour comprendre les munitions anti-émeute et comment s’en protéger, sur le site de désarmons les

Blain, P.G. Tear Gases and Irritant Incapacitants. Toxicol Rev 22, 103–110 (2003). https://doi.org/10.2165/00139709-200322020-00005

Tear Gas Decon, sur le site du National Institute of Decontamination Specialists

Chloroacetophenone (CN): Riot Control/Tear Agent, sur le site de The National Institute for Occupational Safety and Health (NIOSH)